Bébé-Enfants Éducation

Motricité libre : Comment la mettre en place avec votre enfant.

Lorsqu’on a un enfant, on souhaite le meilleur pour lui. Les avis à ce propos sont parfois contradictoires et à force, on ne sait plus quoi écouter et surtout quoi appliquer. Une chose est tout de même importante à mettre en œuvre au niveau de votre enfant. C’est de lui favoriser la motricité libre. Pour y arriver, il suffit de faire quelques choix avisés et précis dès sa naissance. On vous en dit plus.

Couchez votre bébé sur le dos

Quand vous vous trouvez à la maison avec votre nourrisson, évitez de le poser dans un siège comme un transat pour lui permettre d’être à moitié assis et à moitié allongé. C’est une position particulièrement exigeante pour lui et qui ne lui laisse pas de liberté de mouvement. Il vaut mieux l’allonger sur le dos dans son berceau par exemple. Dans la position allongée sur le dos, il n’a pas besoin de faire d’effort musculaire pour être à l’aise. Il se trouve dans une position qui lui laisse toute la latitude de mouvement qu’il souhaite.

C’est le point de départ de la motricité libre de votre enfant. Il peut tourner la tête tant à gauche qu’à droite pour visualiser l’environnement qui l’entoure. Cela lui permet également de bouger tous ses membres librement et même de jouer avec s’il le souhaite. Les expériences motrices qu’il va pouvoir réaliser dans cette position seront les premiers jalons à poser pour arriver à la véritable motricité libre de l’enfant.

Optez pour le principe de jeu heuristique

Il faut savoir que votre enfant considère tout ce qui l’entoure comme jouet. Les objets qui n’en sont pas pour vous sont quand même amusants pour lui. C’est pourquoi le principe du jeu heuristique est intéressant pour permettre la motricité libre de son enfant. Il consiste à transformer pour votre bébé toutes les choses qui l’entourent ou quasiment en jouet afin de lui permettre de les découvrir. Il est en perpétuelle exploration et découverte du monde qui l’entoure et il ne sert à rien de le limiter à des jouets spécifiques pour lui permettre de s’amuser.

Cette façon de faire est d’ailleurs de nature à le brider dans son exploration de l’environnement dans lequel il se trouve. Bien entendu, il ne s’agit pas de laisser votre bébé se déplacer dans toutes les pièces de la maison et aller vers tout ce qui peut constituer un danger pour lui sans le surveiller. Dans le jeu heuristique, vous laissez dans une certaine mesure votre enfant déterminer quels sont les objectifs qui sont les siens et vous l’encadrez sans l’étouffer dans la poursuite desdits objectifs.

Pour optimiser les résultats du jeu heuristique, veillez à installer l’enfant dans un cadre où tout ce qui l’entoure est sans danger pour lui. Cela vous épargnera d’avoir à l’empêcher de toucher ou d’approcher tel ou tel objet dangereux au cours de son exploration. Par exemple, vous pouvez fournir à l’enfant un panier aux trésors. Ce panier contiendra une multitude d’objets non dangereux pour lui, ce qui lui permettra de saisir ceux qu’il souhaite, de les toucher et même de les porter à la bouche au besoin.

Tout cela lui permet de découvrir et d’apprendre librement et par lui-même. C’est une façon simple et subtile de lui enseigner l’autonomie.

Soyez dans une démarche d’encouragement

Votre enfant, quel que soit son âge, pourra comprendre si vous le réprimandez ou si au contraire, vous l’encouragez. Une fois que vous avez créé le cadre pour lui permettre de se mouvoir librement et d’explorer son environnement, il est amené à prendre des initiatives et se permettre plusieurs actions. Encouragez-le dans ce sens. Si vous constatez qu’il ne s’intéresse pas assez, il ne faut pas l’y contraindre, il a son rythme. Quand il s’y mettra, vous aurez quelques fois des difficultés à l’arrêter. Si au contraire, il est très actif, c’est une excellente chose qu’il faudra également encourager vivement autant que vous le pouvez.

Cela dit, évitez de vous emporter dans les cas où il ferait une erreur ou en répéterait une sur laquelle vous l’avez déjà repris. Soyez à son écoute et quand vous sentez qu’il est nécessaire que vous interveniez, faites-le dans la douceur. Les interdictions ne doivent surtout pas être perçues par votre enfant comme un cadre strict d’enfermement, mais simplement comme des règles qui favorisent son bien-être. Tout est dans l’art et la manière de présenter les choses. Vous œuvrez ainsi au bon développement de votre enfant et de son estime personnelle, ce qui débouchera sur une confiance en soi importante à tout épanouissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *