Grossesse

La fissure des poches des eaux : reconnaître les signes et que faire si cela vous arrive ?

À l'approche du terme de la grossesse, il est possible d'avoir des fuites… Et s'il s'agissait d'une fissure de la poche des eaux ? Il est important de savoir comment la reconnaître pour y faire face.

Qu'est-ce que la fissure de la poche des eaux ?

La poche des eaux correspond au sac contenant le fœtus et le liquide amniotique. Elle est constituée d'une double membrane résistante. Cette membrane se rompt normalement et totalement pendant le travail quand la grossesse est à terme : c'est la perte des eaux. Cependant, il peut arriver que cette dernière se fissure avant que la grossesse ne soit à terme. Cette fissure (généralement dans la partie supérieure de la poche) crée un écoulement continu de liquide amniotique en petites quantités.

Les causes de la fissure de la poche des eaux

L'origine de la fissure n'est pas toujours déterminée. On l'associe souvent à :

  • une infection urinaire ;
  • un choc au niveau de l'abdomen ;
  • une macrosomie (poids de naissance supérieur à 4 kg) ;
  • une présentation inhabituelle (position postérieure ou transverse) ;
  • un placenta praevia (qui s'insère en bas de la cavité utérine) ;
  • un antécédent d'accouchement prématuré ;
  • une béance du col ;
  • une infection cervico-vaginal.

La fissure peut aussi être liée au tabagisme et son effet sur la production de collagène.

Comment reconnaître la fissure de la poche des eaux ?

Il est souvent difficile de reconnaître les signes d'une fissure de la poche des eaux. En effet, cela est parfois confondu avec des fuites urinaires ou des pertes blanches. Ce qu'il faut faire c'est savoir distinguer les différents types d'écoulement.

Les fuites urinaires sont très fréquentes en fin de grossesse en raison du poids du fœtus sur la vessie. Elles ont quant à elles une odeur et une couleur jaune. La texture des pertes blanches en fin de grossesse est particulière : blanchâtre, épaisse et gluante.

L'écoulement du liquide amniotique se distingue par le fait qu'il est continu et très fluide, il est aussi transparent incolore et inodore. En effet, votre culotte sera constamment humide, même après vous être changée ou juste après avoir uriné. Toutefois, il est possible d'utiliser une serviette hygiénique pour bien faire la différence.
Vous pouvez également faire un diagnostic à la maternité en cas de doute. Cela est plus recommandé. Le but est de détecter la présence du liquide amniotique dans le vagin ou constater une éventuelle diminution de quantité du liquide amniotique.

La prise en charge en cas de la fissure de la poche des eaux

La fissure de la poche des eaux représente un risque d'infection pour le bébé, car le liquide amniotique n'est plus stérile. À cela s'ajoutent des risques de prématurité ou de présentation irrégulière. Quant à la maman, le risque principal est la césarienne. Il faut donc se rendre rapidement à la maternité pour une prise en charge.

La prise en charge se fait en fonction de l'importance de la fissure et du terme de la grossesse :

  • Avant 22 semaines de grossesse la fissure est prématurée et très rare. Afin de limiter le risque infectieux, un traitement par antibiotiques est prescrit à la future maman. Un bilan complet est alors réalisé pour évaluer la quantité de liquide amniotique. En cas de quantité insuffisante de celle-ci, d'infection, de retard de développement ou de déformations fœtales, une interruption médicale de grossesse est envisageable.
  • Entre 22 et 35 semaines de grossesse une hospitalisation est nécessaire jusqu'à l'accouchement. L'objectif est d'atteindre les 35 semaines de grossesse. À ce stade, le bébé peut naître sans complications. La prise en charge de la future maman comprend divers traitements: des bilans infectieux réguliers (deux fois par semaine. Le premier étant réalisé dès l'hospitalisation ), une antibiothérapie dès l'hospitalisation, des échographies, un repos absolu, une corticothérapie pour la maturation des poumons du bébé… En cas d'infection, la maman peut accoucher par voie basse ou par césarienne. Cela dépend du stade d'évolution de la grossesse et de la présentation.
  • À terme : Le bébé peut naître. Un bilan infectieux est réalisé et un traitement antibiotique est donné à la future maman. Le travail doit pouvoir se déclencher naturellement. Si ce n'est pas le cas, le personnel soignant déclenchera le travail 12 h après la rupture des membranes. La maman recevra des antibiotiques au cours du travail. D'autres bilans seront réalisés sur le nouveau-né afin d'écarter tout risque d'infection.

Vous l'aurez compris, les conséquences de fissuration de la poche des eaux dépendent de la femme. Il vous revient donc d'être vigilante. Dès qu'apparaît le moindre signe, faites recours à votre médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *