Grossesse

Cholestase gravidique: les symptômes et les conséquences.

La femme enceinte est très vulnérable à toutes les pathologies ou infections. Même les maladies les plus bénignes ne la laissent pas indifférente. La Cholestase gravidique est une pathologie qui cible uniquement les femmes enceintes. Pouvant apparaître en fin de grossesse, elle peut devenir très gênante, voire dangereuse. Même si elle est très rare, la cholestase gravidique peut avoir des conséquences importantes tant sur le fœtus que sur la mère. Comment se manifeste la cholestase gravidique ? Quelles sont ces conséquences sur le fœtus et sur la mère ? Découvrez tout dans cet article.

Qu’est-ce que la cholestase gravidique ?

Encore appelée cholestase intra-hépatique gravidique, la cholestase gravidique est une infection que l’on retrouve uniquement chez les femmes enceintes. Elle fait partie des troubles ou gênes spécifiques de la grossesse. Contrairement à son nom, le mot gravidique ne fait pas référence à l’intensité du mal. C’est plutôt un terme tiré du latin qui signifie « porte un fœtus ».

C’est une pathologie hépatique qui attaque les hépatocytes. Le foie laisse circuler les acides biliaires sans les transformer au préalable. Si les cellules du foie ne sont pas transformées, elles ne peuvent pas être excrétées dans la bile. Elle apparaît le plus souvent au cours du 3e trimestre de grossesse. Elle peut perdurer plusieurs jours après l’accouchement. C’est une maladie bénigne, mais elle peut rapidement tourner au drame si elle n’est pas traitée.

Quels sont les symptômes de la cholestase gravidique ?

La cholestase gravidique fait son apparition la plupart du temps dans le dernier trimestre de grossesse. Les symptômes de cette affection sont divers. On note une forte démangeaison ou l’apparition de prurit. Elle peut s’étendre sur des parties précises du corps : la paume des mains, la plante des pieds, les membres, les seins, le ventre et parfois le visage.

Les démangeaisons ont tendance à s’intensifier les nuits. Elles peuvent devenir même très embêtantes au point de créer une insomnie. Elles peuvent se suivre également d’une jaunisse ou ictère. À cela, s’ajoutent des selles de couleur claire. Il faut noter que toutes les démangeaisons ne sont pas automatiquement symptôme d’une cholestase, mais une cholestase produit des démangeaisons.

Si elle n’est pas traitée, elle peut s’aggraver et produire de nombreuses conséquences. Il est donc vivement recommandé de consulter un professionnel de la santé dès l’apparition de ces symptômes.

Quelles sont les conséquences de la cholestase gravidique ?

La cholestase gravidique est pathologie très peu fréquente. C’est vrai qu’elle est rare, mais si elle n’est pas traitée, elle peut avoir d’énormes conséquences sur la femme atteinte. Le fœtus non plus n’est pas à l’abri. Il peut naître prématurément. On peut assister également à une mort fœtale in utero lorsqu’il s’agit de cas sévères. La cholestase gravidique peut créer une insuffisance placentaire qui fera souffrir énormément le bébé.

Le bébé est également susceptible de manifester un retard de croissance intra-utérin. Il peut même émettre le méconium dans le liquide amniotique. La cholestase gravidique cause aussi des difformités au niveau du rythme cardiaque du fœtus.

Durant la grossesse, la cholestase gravidique peut rendre l’organisme de la femme favorable à l’apparition de plusieurs autres pathologies assez graves. On note une prééclampsie et un diabète gestationnel. Ce sont des maladies très dangereuses pour une femme enceinte ainsi que son enfant. La cholestase gravidique favorise également l’apparition de la lithiase biliaire, de l’hépatite C et de la cirrhose. À ceux-là, s’ajoutent le cancer primitif du foie, les thyroïdites, les calculs rénaux, la maladie de Crohn et une variété de maladies cardio vasculaires.

Existe-t-il un traitement contre la cholestase gravidique ?

Actuellement, il n’existe aucun traitement clairement défini contre la cholestase gravidique. Toutefois, les spécialistes de la santé appliquent des traitements symptomatiques. Ces traitements permettent de procurer à la mère un soulagement. Ils réduisent également les dangers qu’encourent la mère et l’enfant. Dans ce cadre, il est utilisé un traitement à base d’acide ursodésoxycholique. Ce traitement permet de réduire les acides biliaires et les démangeaisons. Dans d’autres cas, si la femme a déjà atteint 37 semaines de grossesse, l’accouchement peut-être déclenché.

Outre les traitements symptomatiques médicamenteux, il existe des traitements naturels. Il faudrait par exemple éviter de se gratter les parties qui démangent. Prioriser les bains froids au détriment des bains chauds et longs. Rester hydrater au maximum et éviter tout type d’allergène. Ajouter à l’eau du bicarbonate pour atténuer les démangeaisons. Prioriser les endroits frais à ceux qui sont chauds.

Dans la plupart des cas, la cholestase gravidique n’est pas nocive et la mère comme l’enfant s’en sortent sans danger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *